Université Lille 2 Droit et Santé
42, rue Paul Duez
59000 Lille - France
Tél. : +33 (0)3 20 96 43 43
Fax : +33 (0)3 20 88 24 32
Contact

Témoignages

"La meilleur année de ma vie"

Campus La Merced de l'Université de Murcie

Je pourrais résumer mon Erasmus comme la meilleure année de ma vie. J’ai fait face à des situations aussi imprévues qu’improbables. Cela m’a permis de prendre confiance en moi et je me sens désormais beaucoup plus autonome.

En arrivant, mon amie et moi avons dû trouver un appartement. Une étape plutôt ardue, notamment à cause de notre niveau d’espagnol. Heureusement, les habitants de la ville de Murcie sont des personnes très à l’écoute et ont pris le temps de nous aider. Nous avons logé 5 jours et 4 nuits dans un appartement « airbnb » que nous avions pris  soin de réserver avant notre arrivée en attendant de trouver notre futur « piso » (« appartement »). Deux jours plus tard, une allemande nous a rejoint dans l’appartement provisoire, et quelle chance ! En effet elle deviendra notre colocataire pour les 6 mois à venir. Nous avons commencé les recherches, au bout du 3ème jour nous avons trouvé une annonce plutôt intéressante : certes l’appartement n’était pas au cœur de la ville. Nous sommes allées le visiter, une heure après nous avons décidé de rappeler « José » pour lui dire que nous étions d’accord pour partager l’appartement! Nous avons  emménagé seulement 5 jours après notre arrivée dans un appartement de presque 150 mètres carré ! J’ai vécu mes 6 premiers mois en Espagne dans cet appartement avec un colocataire Espagnol (ce qui m’a aidé à progresser plus rapidement), une colocataire Allemande et une colocataire Française.  La colocation n’a pas toujours été facile, il a fallu apprendre à accepter les habitudes de chacun, qui sont très différentes quand on vit dans un appartement où cohabitent 3 nationalités différentes ! José suit des études de musiques et de théâtre, il nous a présenté des amis à lui. C’était des rencontres très enrichissantes ! J’ai également rencontré sa famille, et sa mère nous a fait découvrir des plats typiques d’Espagne. Finalement je n’en retiens que du positif, cela m’a permis de m’ouvrir d’avantage, grâce à cette accueil chaleureux, de m’intégrer plus facilement dans ce pays encore inconnu pour moi avec les contraintes de la langue que je maitrisais peu.

Dès mon arrivée, j’ai eu la chance de pouvoir suivre pendant deux semaines des cours d’Espagnol qui étaient proposés par la fac. Une étape indispensable pour m’imprégner de la langue ! La professeur a été géniale avec nous, et je ne considérais plus ça comme des cours mais plutôt comme un échange. C’est également grâce à ces cours que j’ai pu faire des rencontres assez rapidement, même si ce n’était pas évident de communiquer. Au début nous parlions  anglais entre nous, puis nous nous sommes vite rendu compte qu’il valait mieux s’entraîner en Espagnol si on voulait progresser ! Les liens se sont formés très vite. En effet, nous étions tous dans la même situation, ce qui a facilité les échanges. Maintenant, je me sens beaucoup plus à l’aise pour aller à la rencontre de personnes même si elles sont étrangères. 

Tout était très bien encadré à l’université de La Merced. Avant de commencer nos cours, nous avons assisté à une grande réunion organisée par la faculté. Cela nous à aider à nous repérer dans le fonctionnement qui est très différent de celui proposée à l’université de Lille II, même si j’ai eu du mal à comprendre toutes les informations données en raison de mon niveau d’Espagnol qui était encore assez faible.

En effet, chaque cours intègre une heure trente de TD par semaine. De plus, nous n’avions pas cours dans des amphithéâtres mais dans des petites classes de trente personnes ! C’était très agréable, d’autant plus pour des français comme nous qui n’avons pas l’habitude de suivre des cours en Espagnol ou dans une langue étrangère.

La relation avec les professeurs est également  différente de celle que j’ai connue en France. La hiérarchie était moins présente, cela ressemble d’avantage à une relation d’égal à égal. Cependant, tous les professeurs n’ont pas été à l’écoute, et nous pouvions sentir la réticence de certains d’entre eux vis-à-vis des Erasmus. Heureusement, d’autres professeurs étaient plus compréhensifs et nous ont même proposé de passer des examens oraux.

Autre différence importante:  La majorité des cours ne sont pas dictés. Les professeurs nous indiquent  des livres que nous devons acheter, ou nous procurent le cours que nous devons nous même imprimer.

Egalement, les modalités d’examens ne sont pas les mêmes qu’en France : la majorité des examens en Espagne sont sous forme de QCM (« tipostest »), ou de petits cas pratiques, alors qu’en France ce sont plutôt des commentaires d’arrêts, des dissertations ou de grands cas pratiques.

J’ai eu l’occasion de voyager durant toute cette belle année. Des associations Erasmus proposaient des voyages « all inclusive » dans des sites touristiques tels que l’Andalousie, la Capitale, et les villes aux alentours de Murcia. J’ai ainsi pu visiter Séville, Grenade, Valence, Alicante, Carthagène, Barcelone… ! Nous nous déplacions en autobus, nous avons logé dans auberges de jeunesse et avons eu l’occasion de rencontrer des étudiants Erasmus venant d’autres universités d’Espagne. Nous pouvions échanger sur nos expériences, et nous rendre compte que chacun d’entre nous  vivait un Erasmus différent selon les villes.

Au second semestre, j’ai décidé de changer d’appartement. J’ai voulu me rapprocher du centre-ville de Murcia, de la faculté, et une amie anglaise m’a proposé de vivre avec elle. J’ai dû chercher une personne pour me remplacer dans l’appartement que j’occupais. Cela n’a pas été  difficile car en janvier arrivent de nombreux nouveaux étudiants Erasmus.

J’ai donc vécu un « second Erasmus » à partir de Février. J’ai partagé un appartement avec Florence  d’origine anglaise qui étudiait les sciences politiques, et Diana d‘origine Espagnole qui étudiait les langues. La colocation s’est très bien passée, nous nous sommes très bien entendues. Nous avons vécu des échanges fructueux de par nos différentes nationalités et nos affinités.

En dehors de mes cours, j’ai essayé de trouver des loisirs. J’ai ainsi participé à des cours de Salsa organisée à des fins caritatives et je me suis inscrite à la piscine. J’ai acheté une paire de basket dont je ne me suis pas beaucoup servie, la chaleur m’a vite découragée !

Ma propriétaire et voisine suivait des cours de français dans une école spécialisée dans les langues. Deux de ses camarades de classe avaient des difficultés à l’oral, j’ai donc proposé mon aide. J’ai ainsi dispensé quatre heures de français par semaine. J’ai apprécié cet échange, pour faire partager ma langue et faire découvrir les coutumes françaises.  

Concernant mes résultats, j’ai progressé au second semestre et obtenue la moyenne à mon Master 1 de Droit des Affaires. Cette réussite me réjouit et me conforte dans le choix que j’avais fait de partir étudier un an à l’étranger.

Malgré les difficultés rencontrées, cette année a été très positive. Cela me donne envie de faire d’autres expériences à l’étranger, dans d’autres pays, notamment anglophone, à la fois pour améliorer mon anglais et faire de nouvelles rencontres enrichissantes.

Je ne saurai que recommander cette expérience à d’éventuel étudiants indécis face à l’idée de partir.

Je remercie la commission des relations internationales de m’avoir octroyé cette bourse qui a complété la bourse Erasmus et m’a facilité cette année à l’étranger.

Un saludo ! (« Cordialement ») 

 

Salomé DUQUENNE, Master Droit des Affaires

Juillet 2014